· 

Les petits paradis archivistiques.

Le bonheur se trouve dans un petit coin de paradis. C'est une phrase que me répétait souvent une amie, et qui, a l'époque me faisait bien rire.

Mais ce lundi 1er avril (et ceci n'est pas un poisson d'avril tardif) j'ai commencé une nouvelle mission dans un organisme de gestion des eaux un peu loin de chez moi avec lesquels j'avais déjà travaillé (traitement des archives du siège social déjà effectué, manque plus que les archives sur le site usine, ce que je fais donc actuellement).

Et travailler pour cet organisme, même sur un temps si court (3 mois déjà fait pour le siège social, et 3 mois actuellement de prévu pour les usines) m'a vraiment fait comprendre le sens de cette phrase "le bonheur se trouve dans un petit coin de paradis".

Aujourd'hui donc je me lâche dans cet article, pour montrer qu'au-delà des missions habituelles qui comportent des hauts et des bas (plutôt des bas d'ailleurs) parfois il arrive de tomber sur la petite perle rare, que vous aimeriez ne jamais quitter.


Parce qu'il faut savoir apprécier la beauté du paysage comme celle des gens

D'abord  les moyens mis à disposition. Déjà lorsque je travaillais au siège social, c'était la première fois, et j'insiste bien, la première fois que lors d'une mission j'avais autant d'avantages et de matériels mis à ma disposition. Un poste informatique à moi, et un bureau partagé avec la responsable comptable. Des boites neuves, des trombones archives multicolores, tout le matériel dont j'avais besoin... bref, déjà la ça fait plaisir. Une salle d'archives quasiment neuve, bien ventilée, le pied. Le site usine reste forcément un peu différent, mais la salle d'archives est décente sans être extraordinaire. Seul petit hic, le bruit continuel des turbines que ce soit en salle d'archives ou dans les bureaux (dans une usine de traitement des eaux, difficile de faire mieux). A mon arrivée ce lundi j'ai eu l'agréable surprise de voir que les Ginettes (oui parce que il y en a une au siège social, et une responsable à l'usine) s'étaient mises d'accord pour que tout soit prêt à mon arrivé (boites d'archives neuves et aux normes, et trombones multicolores s'il-vous-plait !). En plus de tout ça bien entendu j'ai le droit de demander gants, masque, casque pour les oreilles contre le bruit et tenue.

 

Ensuite le cadre de vie. Mettons les choses au clair :  je suis une campagnarde de chez campagnarde, la ville c'est pas du tout fait pour moi... et là je suis en poste dans une usine qui se situe sur les hauteurs d'une vallée (petite montagne). Y a des randonnées à faire partout autour du site. Le panorama est magnifique, l'air est pur, le soleil est présent, bref un vrai bonheur de se lever pour aller dans au bureau chaque matin. Surtout quand tu est obligé de passer devant une vue sur la vallée incroyable pour t'y rendre. Petit bonus :  mon chien m'a suivi dans cette aventure, donc même loin de chez moi je ne suis pas toute seule ! Ça promet  tout un tas de randonnée le soir ou le week-end !

Enfin et surtout les collègues. Il me tardais de revenir travailler avec cette équipe que je connaissais déjà en partie et que j'adore. Aux usines sont implantés les services techniques et quelques administratifs, la majorité de ces derniers étant au siège social à 1h15 de route. De base je me suis toujours mieux entendu avec les garçons (moins chiants sur les bords, pas peur de se salir ou de vous aider avec les archives et moments de conneries rigolotes facilement envisageables). Mais dans cet organisme, même au siège social composé à 90% de femmes je m'entends avec chaque personne. Même les Ginettes, je les adore ! Et vous savez que ce n'est malheureusement pas toujours la cas. C'est assez simple il n'y a pas une seule personne que je n'apprécie pas !  Ça fais réellement du bien de se sentir écouté et d'avoir la conversation facile et enjouée, autant au niveau professionnel que personnel, de prendre le temps de voir les services, de savoir qu'en plus de ça mon métier est réellement considéré par mes collègue. Bon y a juste le "grand chef" qui a encore un peu de mal, mais c'est le classique coup du "j'ai peur que vous mettiez tout à la poubelle, et donc comme j'ai la pétoche parce que je suis là depuis 40 ans ma petite, et toi seulement depuis une semaine, je suis un peu tendu". Je le travaille depuis une semaine pour le rassurer et lui montrer que je suis là pour aider et pas pour les enfoncer, et ça à l'air de fonctionner. Chaque matin à 9h30 petite pause café avec tout le monde, sans distinction de service ou de genre. J'y ai été invité tout de suite, et le meilleur c'est que ceux que j'avais déjà rencontré se souviennent de moi. Plusieurs me demandent régulièrement si tout va bien, si j'ai besoin de quoi que ce soit. Il y a les petites blaguounettes sur les archives de temps en temps mais c'est carrément bon enfant et je suis très loin de le prendre mal (comme vendredi dernier à la pause café qui c'est rapidement transformé à un petit-déjeuner fromage et charcuterie... et où le parallèle entre la moisissure du bleu et des archives a vite été fait). Je me sens presque comme à la maison. Détendue et motivée pour travailler à fonds, et surtout avec l'envie plus que jamais de leur fournir un travail de qualité. 

Parce qu'en plus de ça leurs archives sont passionnantes

Jusqu'à présent j'avais surtout travaillé au sein de mairies ou quelques communautés de communes. Autant dire qu'étant dans ma 4ème année de boulot, ça commence à être redondant et sans trop de surprise. Mais là, je suis dans un organisme qui gère l'aménagement hydraulique de la région, à cheval sur plusieurs département en plus de ça. Lors de mon premier contrat avec eux j'étais un peu perdue... pas d'état civil, pas de recensement, pas de cadre de classement contemporain, mon cadre W habituel ne m'étais d'aucune aide. Résultat : il a fallu construire un cadre de classement en W de toute pièce, et très franchement je ne m'étais jamais autant amusée de toute ma vie ! Ensuite, travailler dans un autre secteur que le communal ou l'intercommunale m'a permis d'acquérir des connaissances plus spécifiques et incroyablement captivantes. Oui parce que si je vous parle de contrôle optique, d'évolution du biofilm ou bien encore de drainage ou de culée, bah vous y comprenez pas grand chose. Moi non plus la première fois, mais j'ai fini par prendre mon courage à deux mains et aller voir une des responsables pour un cour accéléré sur le jargon des travaux d'aménagement hydraulique. Au-delà des archives papier ils ont aussi des archives vidéos et photographiques qui valent le détour (malheureusement communication seulement interne) et enrichissent grandement le fonds d'archives global et l'histoire de l'organisme. Les archives audio-visuelles d'habitude c'est pas mon dada, j'ai toujours peur de faire une connerie, et généralement dans les communes y en a pas des masses, et celles qu'il y a ne sont pas réellement intéressantes historiquement parlant (en tout cas ça ne m'est arrivé que très rarement). Ah oui et aussi : ils ont installé un logiciel de GED, et ça, ça fait plaisir !

Bref, c'est là que j'ai compris aussi le fondement du métier d'archiviste : il faut savoir se remettre en question, constamment. Et changer du tout au tout, découvrir de nouvelles choses, m'investir dans un projet qui est différent de ma ligne habituelle de conduite est quelque chose qui me terrifiait auparavant, alors qu'aujourd'hui je ne rêve plus que de ça.

Et voilà, c'est mon article un peu gnan-gnan de l'année, mais je ne pouvais pas passer à coté, surtout en travaillant dans un endroit et avec une équipe aussi formidable, un lieu ou pour la première fois j'ai l'impression que mon métier d'archiviste n'est pas une lutte continuelle pour maintenir l'ordre dans les archives ou encore pour pouvoir faire mon travail correctement, mais plutôt un grand jeu auquel tout le monde a accepter de jouer de bon coeur, entouré de couleurs et de rires aux éclats, un lieu où je me sens à ma place et où je peux  respirer à mon aise.

 

PS :  je n'ai malheureusement pas le droit de mettre de photographies plus précises du site, ni de la salle d'archives ou des turbines, mais celles mises sur cet article ont été choisies avec soin !


Et vous ?! Partagez votre expérience en commentaire ou sur les réseaux !  Avez-vous déjà eu ce genre d'expérience ? 

Écrire commentaire

Commentaires: 0